Economie & emploi

Réforme fiscale au Luxembourg : Ce qui change en 2011

Depuis le 1er janvier 2011, une série de modifications, qui concernent directement les personnes physiques et les collectivités au Luxembourg, sont entrées en vigueur.

Les principales modifications faites par le gouvernement luxembourgeois sont : l’introduction d’une contribution de crise, un nouveau taux d’imposition maximal et une augmentation de l’impôt de solidarité.

La plupart des lois et règlements grand-ducaux sont liés à la crise économique et financière. Lancées dans un contexte économique difficile, elles ont pour objectif de consolider les finances publiques.

L’année 2011 au Luxembourg annonce une réforme fiscale mais également une réforme santé avec notamment des augmentations de tarifs de remboursements.

Entrée en vigueur de mesures fiscales relatives à la crise financière et économique

L’ensemble des mesures prévues par le gouvernement Luxembourgeois auront une incidence totale de 650 millions d’euros sur le solde de l’administration centrale.

Introduction d’une contribution de crise de 0,8% en 2011

Principale nouveauté, l’introduction d’une contribution de crise de 0,8%.

Celle-ci est prélevée sur tous revenus, non seulement les salaires, mais aussi les loyers, dividendes et autres types de revenus sous réserve d’un abattement correspondant au salaire social minimum.

Nouveau taux d’imposition maximal de 39%

Il est également introduit un nouveau taux d’imposition maximal de 39% s’ajoute à la tranche maximale actuelle de 38%. Le nouveau taux est applicable à partir d’un revenu de 41.793 euros en classe 1 et de 83.586 euros en classe 2.

Augmentation de l’impôt de solidarité

L’impôt de solidarité pour les personnes physiques (contribution au Fonds pour l’emploi) passe de 2,5% à 4%. Au cas ou le revenu d’une personne physique est supérieur à 150.000 en classe 1 et 1a ou 300.000 en classe 2, le taux de contribution s’élève à 6%.

Pour les entreprises, la contribution au Fonds pour l’emploi passe de 4% à 5%.

Augmentation du taux maximal de l’amortissement spécial

Afin d’inciter les entreprises à réaliser des investissements dans l’intérêt de la protection de l’environnement et de la réalisation d’économies d’énergie, les dispositions fiscales régissant l’amortissement sont améliorées.

Le taux maximal de l’amortissement spécial applicable pour les investissements d’acquisitions sera porté de 60 à 80%.

Augmentation du taux de la bonification d’impôt pour investissement

Dans le but de renforcer la compétitivité des entreprises, les taux de la bonification d’impôt pour investissement global ainsi que de la bonification d’impôt pour investissement complémentaire sont augmentés d’un point de pourcent.

Le gouvernement va donc augmenter le taux de la bonification d’impôt pour investissement complémentaire de 12% à 13%.

Le taux de l’investissement global est porté de 6% à 7% pour la première tranche d’investissement ne dépassant pas 150.000 euros et de 2% à 3% pour la tranche d’investissement dépassant 150.000 euros.

Plafonnement du montant déductible des indemnités de départ

Depuis le 1er janvier 2011 est introduit un plafond au delà duquel les rémunérations variables et les indemnités de départ ne seront plus déductibles fiscalement.

La partie des indemnités de départ ou des indemnités de licenciement allouées aux salariés excédant le montant de 300.000 euros ne seront plus déductibles fiscalement.

L’objectif de la mesure est de limiter l’impact des indemnités de départ démesurées sur la base imposable de l’employeur.

Imposition minimale dans le chef de certains organismes à caractère collectif

Une imposition minimale de 1.500 euros est introduite dans le chef des organismes à caractère collectif dont l’activité est dispensée de tout agrément et dans le chef desquels la somme des immobilisations financières, valeurs mobilières et avoirs en banque dépasse 90% du total du bilan.

Introduction d’un taux de cotisation unique de l’assurance accident

L’année 2011 est également celle de l’introduction d’un taux de cotisation unique de 1,15% en matière d’assurance accident.

Cette mesure permettra de réduire les écarts considérables de cotisations (entre 0,45% et 6%) qui existaient entre les cotisants à l’assurance accident et qui étaient jusqu’à présent rangés dans différentes classes de risque.

Entrée en vigueur d’un régime fiscal spécial pour des travailleurs hautement qualifiés

Ajustement des pensions et rentes accident

Le gouvernement a souhaité répartir les charges entre les différentes générations.

C’est pourquoi Jean-Claude Juncker a annoncé dans la déclaration sur l’état de la nation de scinder l’ajustement des pensions et rentes accident de 1,9% normalement dues en 2011 en deux tranches: la première tranche de 0,95% est versée au 1er janvier 2011 et la deuxième tranche de 0,95% au 1er janvier 2012.

Relèvement de l’âge pour l’octroi du forfait d’éducation

À partir de l’année 2011, l’âge d’attribution du forfait déduction sera relevé de 60 à 65 ans.

Réforme de l’aide sociale

L’aide sociale devient un droit au Luxembourg qui peut être invoqué devant le conseil arbitral des assurances sociales.

La nouvelle loi garantira aux citoyens le même niveau de qualité de l’aide sociale partout dans le pays.

L’aide sociale sera régionalisée. Les 116 structures existantes dans les communes seront remplacées par 30 offices sociaux régionaux.

Nouvelle fixation des montants du RMG et salaire social minimum

Le montant du revenu minimum garanti (RMG) est adapté de 1,9%.

Le revenu minimum mensuel garanti s’élève à 173,92 euros pour une personne et à 260,88 euros pour la communauté domestique composée de deux adultes (+15,81 euros par enfant).

Parallèlement, le salaire social minimum est relevé et passe à 1.757,56 euros (indice 719,84 au 1er janvier 2011).

Augmentation du prix du tabac

Depuis le 1er janvier 2011, le paquet de cigarettes coute entre 10 et 20 centimes de plus.

Prix de l’eau

À partir du 1er janvier 2011, les ménages luxembourgeois auraient dû payer le prix réel de l’eau conformément à la directive cadre sur l’eau (DCE) 2000/60/CE qui fut transposée en droit national par la loi du 19 décembre 2008 sur la protection et la gestion des eaux. La directive, qui prévoit d’instaurer le principe du « payeur pollueur » et « utilisateur payeur », aurait engendré des écarts de prix importants entre les ménages, avec des prix pouvant aller de 5 à 12 euros par m3 selon les communes. C’est pourquoi le ministre de l’Intérieur, Jean-Marie Halsdorf, a recommandé aux communes dans une circulaire ministérielle de fixer leurs redevances relatives à l’eau dans une fourchette comprise entre 6,5 et 7 euros par m3 d’eau consommée, en invoquant la prise en compte des conséquences économiques suivant l’article 12-4 de la loi relative à l’eau.

Lorsque le gouvernement connaîtra le prix réel dans toutes les communes du pays – il dispose actuellement des données de 61 communes sur 116 – il fera une nouvelle proposition.

Financement des partis politiques

D’après le règlement grand-ducal du 23 novembre 2010 fixant un plan comptable uniforme à tenir par les partis politiques, les partis politiques sont tenus à respecter à partir du 1er janvier 2010 les mêmes modalités de comptabilité.

Réforme du système de santé et augmentation du taux de cotisation de 0,2%

L’entrée en vigueur de la réforme du système des soins de santé et des nouveaux tarifs de la CNS sont applicables depuis le 1er janvier 2011.

Comprenant à la fois des mesures structurelles et financières, la réforme traduit la volonté du gouvernement de préserver et pérenniser la qualité d’un système de santé basé sur le financement solidaire et l’accès universel.

En matière de financement, la réforme prévoit une combinaison de différentes mesures pour équilibrer durablement le budget de l’assurance maladie-maternité. Il est prévu de couvrir
50% du déficit de l’assurance maladie-maternité par voie de recettes supplémentaires en augmentant le taux de cotisation de 0,2%,
25% en agissant directement sur les tarifs des prestataires de soins et
25% par voie d’adaptation statutaire des prestations et des participations des patients.

La réforme fiscale instaurée par le gouvernement luxembourgeois, est entrée en vigueur le 1er janvier 2011.


Source et image : www.gouvernement.lu

Personnalité(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page