Actualité & vie locale

Covid-19 : résidents Luxembourgeois et frontaliers appelés à se faire tester massivement

Le gouvernement luxembourgeois a présenté, ce mardi 28 avril 2020, sa stratégie de dépistage du coronavirus Covid-19 à large échelle. Celle-ci est basée sur un test de diagnostic volontaire accessible à la population, y compris les frontaliers de la Grande Région.

La démarche vise, selon le gouvernement, à contribuer à raccourcir la période du confinement et à réduire les problèmes psychologiques, économiques et sociaux. Son principe : plus la participation sera importante, plus la protection de l’ensemble de la population sera renforcée, et plus la levée progressive des restrictions du confinement sera adaptée et efficace.

L’idée est également d’éviter une très redoutée seconde vague de personnes infectées dans le cadre des mesures de déconfinement, et donc la mise en place d’une nouvelle période de confinement.

Le gouvernement luxembourgeois reconnaît que les tests, qui prennent la forme de prélèvements oraux, ne sont pas fiables à 100%, mais insiste sur le rapport d’efficacité en cas de détection positive.

Pour les personnes testées négatives, les mesures de confinement sont levées. Les personnes testées positives seront placées en isolation. Leurs contacts seront tracés, testés et placés eux-aussi en quarantaine pour briser la chaîne d’infection.

Les frontaliers aussi, sur ordonnance médicale

Au fil des jours et des semaines, jusqu’à 17 stations de test Covid-19 seront installées dans tout le Grand Duché. Ces stations seront accessibles sans distinction aux habitants du Luxembourg comme aux frontaliers.

Pour se faire dépister, il suffira aux personnes de présenter une ordonnance médicale. Cette dernière pouvant avoir été faite aussi bien par un médecin résident au Luxembourg, qu’un médecin non-résident. La différence se faisant au niveau du remboursement, selon qu’on soit affilié à la CNS ou pas, dans ce second cas, le coût du test est à la charge de la personne, qui se fera rembourser par la sécurité sociale de son pays de résidence.

La taille du Grand Duché, atout maître pour permettre cette campagne

« Compte tenu de la taille du Luxembourg et de son nombre d’habitants, une formidable opportunité se présente à nous: nous pouvons tester progressivement l’ensemble de la population contre le nouveau coronavirus dans un laps de temps relativement court.

Cela fait de nous le premier pays au monde à avoir une vue d’ensemble du nombre de citoyens infectés

Claude MEISCH, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Grand Duché de Luxembourg

La ministre de la santé Paulette LENERT a ainsi indiqué que « le nombre élevé de tests réalisés aidera à évaluer l’ampleur de la propagation du virus, et à détecter pour la première fois des cas asymptomatiques qui, selon les estimations actuelles, représentent jusqu’à 80% des cas ». Elle encourage donc tous les citoyens du pays à participer à cette mesure de santé publique unique en son genre.

La campagne de tests massifs a débuté dès ce 28 avril, avec 8.500 tests planifiés pour les élèves et les enseignants dans le courant de la semaine, avec en ligne de mire le retour progressif à l’école prévu à partir du 4 mai 2020. Puis, le nombre de tests montera en puissance, avec 20.000 tests par jour prévus dans une phase ultérieure. Coût de la mesure : 40 millions d’euros.

Personnalité(s) :

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer